Quelques jours après le drame d'une cycliste renversée par un camion en pleine ville;
Et tandis qu'Olivier, le fondateur de la Vélorution ToulouZen, doit se battre contre la maladie;
Les autorités trouvent la conjoncture suffisamment plaisante pour expulser notre Labo du 6 rue Bénezet, plus grand atelier vélo et recyclerie de France.
 
Le Jeudi 15 Novembre à 6h30, sans préavis, ce sont quatre camions de CRS et la police municipale qui viennent expulser Karim, notre salarié, hors de son lieu de travail et ferment derrière lui les portes du Labo en installant leur propre serrure gardée par deux agents de sécurité. Tall-bikes, swing-bikes, rosalies, tri-porteurs, tandems et tout notre bestiaire de biclous folkloriques se retrouvent donc kidnappés par les pouvoirs publics.
 
Au moment où le gouvernement utilise l'argument écologique pour augmenter les taxes prélevées les carburants on peut bien voir que la volonté politique de développer les alternatives n'est pas là. Au contraire, une association non-violente proposant un vélo populaire à la portée de tout les budgets grâce au ré-emplois et à l'apprentissage de la vélonomie, sans toucher de subventions et portée par la passion de ses bénévoles semble déranger les pouvoirs publics. Faute de grand local, la Vélorution ne peut pas reprendre ses activité de soudure, métallerie, réalisation de vélo spéciaux et charrettes, et les possibilité de récupérations ré-emplois sont limités. Mais nous ne nous avouons pas vaincu!
 
Nous allons rencontrer la responsable du patrimoine de Toulouse-Métropole Lundi 19 à 14h pour réclamer notre espace légitime.
Venez-nous soutenir sur le parvis de Toulouse-Métropole Lundi dès midi, à coté de la médiathèque José Cabanis.
En attendant les permanences du 6 rue Bénezet sont reportées vers le 6 rue Joubert.